Pas vraiment photographe ni sculpteur, pas vraiment plasticien, pas du tout dans le système et donc totalement libre, Hervé Bohnert est un de ces artistes intuitifs et spontanés qui œuvrent comme d’autres respirent. Une seconde vie accordée par la ” grande faucheuse ” qui semble s’amuser à tendreses deux doigts en V au-dessus des têtes, pour un gag triomphant. Si ses sculptures s’échappent de la surface du plan photographique et contiennent un message tragique, caché dans un volume, elles disent cependant la même chose : Vie et mort sont les seules réponses d’un “pile ou face ” que nous lançons chaque matins. Cette accumulation de ” jeux de massacre “prend ici un sens universel, autrement plus signifiant que les angoisses de notre petit nombril.

 Patrick Bailly-Maître-Grand